Littérature et cinéma. Et plus si affinités…

Un cinéaste évoque un livre

Un cinéaste évoque un livre

8 fois debout de Xabi Molia avec Julie Gayet et Denis Podalydès – Producteur : Moteur s'il vous plaît.

Propos recueillis par Olivier Desmettre


La Vie mode d’emploi par Xabi Molia

Après plusieurs courts métrages, Xabi Molia réalise 8 fois debout en 2009 et Les Conquérants quatre ans plus tard. Également écrivain, il a publié son premier roman, Fourbi, en 2000, et le septième, Grandeur de S, en 2012.
Xabi-Molia-LaViemodedemploiDans mon adolescence, La Vie mode d’emploi de Georges Perec a été un livre fondamental. Deux raisons font qu’il a tout changé pour moi. Livre-monde, absolument romanesque, il reprend tous les codes des genres populaires, policier, espionnage ou aventure, avec mille histoires en une. Livre également à contraintes, que Perec s’était imposées et qui justement lui permettaient de créer de la fiction.
Pour moi, alors, la découverte de ce paradoxe : c’est moins la liberté que sa restriction qui permet à l’artiste de devenir plus productif, plus fécond.
Ce roman a été aussi à l’origine de mon premier scénario, une tentative d’adaptation évidemment sans aucun succès, qui m’a permis de comprendre que si je voulais faire du cinéma, ce ne serait pas en essayant d’adapter des grands livres, qui résistent à ces tentatives.
Qu’il fallait trouver une autre voie.
Que contrairement à ce roman multiple, si foisonnant d’histoires, de personnages et de lieux, ce livre que, selon le souhait de Perec, « on pouvait lire à plat ventre sur son lit », le cinéma devait tendre à l’économie, presque au format d’une nouvelle.
Qu’un bon film, disait je ne sais plus quel cinéaste, ce sont cinq ou six scènes réussies.
Que plus j’avance plus je crois à la simplification des évènements, à la puissance de la mise en scène pour faire exister des personnages.
Que littérature et cinéma sont deux arts complémentaires dans lesquels, en tant que cinéaste et écrivain, je ne retrouve ni les mêmes pouvoirs ni les mêmes ambitions.
Que j’aime les romans qui sont des mondes et les films réduits à une forme d’essentiel.
 
Ce livre, pourtant d’une grande exigence littéraire, expérimental dans sa forme, Perec arrive à le rendre passionnant. Et cette volonté de tenir ensemble l’aventure artistique, la recherche d’une forme nouvelle, en même temps qu’un plaisir simple, premier degré de la lecture, m’a marqué tant comme cinéaste que comme qu’écrivain.
Cette envie de raconter des histoires et de le faire dans des formes éloignées des standards usés auxquels nous sommes constamment soumis. Réussir à conjuguer le plaisir de lire et la recherche d’une différence.
 
Par la littérature, ce qui m’intéresse est d’avoir accès à la conscience de quelqu’un, ce qui est très difficile à rendre au cinéma, sauf par exemple à utiliser une voix-off, procédé au fond assez littéraire.
Par contre j’adore le cinéma du paysage, des grands espaces, toutes choses que j’ai envie de filmer parce que je ne sais pas bien les écrire.
Ainsi chaque histoire nous emmène vers une forme.
 
Quand j’écris un scénario, si la scène ne me fait pas envie d’un point de vue visuel, ne correspond à aucun désir de cinéma, à un plaisir de mettre en scène et en images, alors j’arrête. Et beaucoup de scénarios m’ennuient parce qu’ils ressemblent à des romans bâclés et ne font pas du cinéma.
Dans l’écriture d’un roman, je pense à ce qui la justifie et que j’aurais beaucoup de mal à faire au cinéma.
 
En ce moment ? Je travaille sur un projet de film et sur un roman !
Le matin, à la préparation du scénario d’un troisième long-métrage, que j’espère tourner l’année prochaine, situé à Bayonne, ville d’où je viens mais que je n’ai jamais eu l’occasion de filmer. Trop tôt pour savoir si le tournage y aura lieu, mais elle est ma source d’inspiration.
L’après-midi, à la fin d’un gros roman, peut-être d’ailleurs sous l’influence de La Vie mode d’emploi dont le sous-titre était « romans », dans lequel s’entremêlent les destins de nombreux personnages, tous nés en 1977, comme moi. Une sorte de tableau de membres dysfonctionnels de ma génération !

Tout afficher

Tous les articles du dossier...