Faut-il mutualiser ?

Un lieu de co-working à la campagne qui a « La Bougeotte » !

Un lieu de co-working à la campagne qui a « La Bougeotte » !

Photo : La Bougeotte

Par Gaëlle Perret


En janvier 2014, le 8 Carrère du château à Morlanne (Pyrénées-Atlantiques), inoccupé depuis près de 60 ans, reprend vie d’une manière originale. Deux entrepreneuses : Caroline Pérot, fondatrice des éditions Les p’tits Bérets, et Sandie Roussanne-Pinna, fondatrice de Sportoudou, convainquent les propriétaires de leur louer ce lieu patrimonial au cœur de village pour un usage professionnel. L’aventure de « La Bougeotte » peut démarrer.
Naissance du projet, pourquoi mutualiser ?

Installés à Morlanne, les P’tits Bérets, maison d’édition jeunesse n’ont pourtant pas hésité à faire leurs cartons fin 2013 pour investir un nouveau lieu. Quelles sont les raisons qui ont motivé ce changement ?
« Nous souhaitions développer notre autonomie, après avoir occupé le 1er étage d’un bâtiment rénové par la Communauté de Communes d’Arzacq , et gagner en visibilité tout en restant à Morlanne » explique Caroline Pérot, responsable des P’tits Bérets. « Surtout nous commencions à être à l’étroit. Notre catalogue s’étoffant, il devenait évident qu’un lieu de stockage plus accessible allait devenir indispensable, tout comme la nécessité de séparer bureau, espace de vente et accueil des scolaires. Nous avons donc commencé à prospecter. Lorsque nous avons appris que cette maison, après 4 ans de travaux, allait être bientôt disponible, nous nous sommes positionnées très rapidement et avons proposé à Sandie Roussanne-Pinna, fondatrice de Sportoudou, de partager ces locaux, sachant qu’elle était à la recherche d’un bureau et d’un lieu de stockage. L’idée bien sûr était de partager les charges et de réduire les risques mais aussi de faire de cette maison un lieu de vie et de dynamisme local. »
 
Un lieu, trois activités

Les P’tits Bérets installent donc espace de travail, boutique et lieu de stockage au rez-de-chaussée, tandis que Sandie Roussanne-Pinna, occupe un bureau à l’étage et stocke son matériel dans la grange attenante. La grande pièce à l’étage sera partagée et dédiée à l’accueil des scolaires et aux animations. Il reste une pièce inoccupée qui attend son heure. Début septembre, elle devient officiellement « le poil à gratter » une antenne des Jardins de Musique, association de pratiques musicales créée par le musicien Vincent Pommereau.
Ne restait plus qu’à trouver un nom à cette maison à l’image du dynamisme qui y règne. Après concertation, « La Bougeotte » s’impose.. Un nom qui résume bien l’état d’esprit de ceux qui y travaillent.
 
…et des services mutualisés

Le partage des locaux permet aussi de mutualiser certains services et de faire intervenir des professionnels pour l’entretien des locaux et du jardin. Mais aussi de trouver une écoute pour échanger sur ses préoccupations professionnelles, ses joies et ses réussites, partager un café ou un thé, un rayon de soleil, voire une imprimante ou un aspirateur. Et surtout d’imaginer des projets communs !
 
Apports et avantages

« Partager les locaux, c’est aussi créer des passerelles entre nos activités » s’enthousiasme Sandie Roussanne. « En juin dernier, nous avons pour la première fois associer sport et édition en accueillant des classes de maternelle qui ont pu se familiariser avec les métiers du livre et se détendre dans le jardin grâce à des petits jeux sportifs et ludiques».
 
Un tel lieu ouvre la porte aux idées et à la réalisation de celles ci. « Nous étions plusieurs à vouloir prendre des cours d’occitan, les P’tits Bérets ont donc mis à disposition une salle pour accueillir des cours le mercredi soir. Une salle que nous mettons également à disposition pour des réunions de travail, des cours de dessin, des ateliers mémoire… ».
 
Au quotidien, cette cohabitation intelligente présente de nombreux avantages. Partage des charges, entraide et solidarité, indépendance des activités et synergies possibles. Les inconvénients sont mineurs, gestion du planning d’occupation de la salle commune et du passage par la boutique des P’tits Bérets pour les cours de musique.
 
Après plus d’un an de pratique, le bilan est globalement positif, des conditions de travail agréables, des espaces partagés et des espaces séparés, une vraie boutique pour les P’tits Bérets permettant de présenter l’ensemble de leurs collections mais aussi de valoriser les ouvrages d’éditeurs amis (Passiflore, In8, les éditions de la Cerise) et d’exposer des créations et des dessins originaux. Un lieu atypique en milieu rural qui attire les curieux, les touristes et pour lequel certains n’hésitent pas à faire le déplacement. C’est aussi un meilleur accueil des scolaires avec plus de six cents enfants reçus en juin dernier, Un travail reconnu cette année par l’Education Nationale, puisque les P’tits Bérets ont été accrédités acteur culturel par l’Académie de Bordeaux.
C’est aussi « une alternative séduisante pour les amateurs de musique des environs qui trouvent à « La Bougeotte » un lieu de proximité pour leurs pratiques musicales » souligne Vincent Pommereau. Depuis la rentrée, ce sont déjà plus d’une trentaine d’élèves qui viennent chaque semaine pour pratiquer leur instrument préféré (violon, guitare, piano, saxophone, etc.).
 
Reste à travailler la signalétique du lieu pour qu’il soit facilement repérable, imaginer des ouvertures le week-end la saison prochaine, des goûters, finir la cabane de lectures, réfléchir à des animations musicales et ou sportives, des parcours ludiques, des cours de massage bébés… le lieu prédispose à mille et une possibilités. A vous de venir les découvrir !
 

Tous les articles du dossier...