Actualités > En vue 2014

17 09 2014

TSF et le Pôle image ont accueilli le tournage de Vestiaires

Par Catherine Lefort


TSF et le Pôle image ont accueilli le tournage de Vestiaires

© Catherine Lefort

TSF Aquitaine vient d’accueillir le tournage de la saison 4 de Vestiaires, la désormais célèbre série télévisée que diffuse France 2 depuis 2011. 40 épisodes tournés en une petite quinzaine de jours, pas plus. La totalité des séquences ont été réalisées sur le plateau du studio du Pôle Image, ouvert il y a peu1 sur le site des Terres Neuves à Bègles et qu’occupe TSF pour les besoins de son activité de prestataire technique pour le cinéma. L’occasion est donnée de découvrir les coulisses du cinéma.

TSF est un prestataire technique qui fournit aux productions – intégralement ou en partie – le matériel nécessaire aux tournages : caméra, lumière, machinerie, régie, véhicules techniques…
Il peut ainsi louer l’ensemble du matériel indispensable au tournage, dans chaque corps de métier. Un camion de 35 m3 peut ainsi être affrété pour les besoins d’un tournage avec la panoplie complète du matériel pour un tournage le lendemain.
 
Ouvert il y a à peine deux ans par Nathalie Goutas, directrice régionale, TSF Bègles est le relais en région Aquitaine de la société-mère installée à La Plaine-Saint-Denis. Son PDG, Thierry de Segonzac a décentralisé TSF dès les débuts en plusieurs relais dans les régions pour être au plus près des tournages. Des bureaux ont  été installés La Rochelle, Lyon, Cannes, Marseille ainsi qu’en Belgique.
 
En Aquitaine, TSF est à la fois un prestataire technique qui intègre d’une part la location de matériel et d’autre part la location du studio. Il est en quelque sorte le partenaire essentiel qui facilite la vie des producteurs de cinéma et fait travailler les techniciens d’Aquitaine.
 
Nathalie Goutas :
Le projet de Pôle image sur les Terres Neuves est à l’initiative de Noël Mamère qui a souhaité créer un quartier d’économie créative autour de l’image et du cinéma et accueillir des tournages en proposant aux productions des équipements pour pouvoir tourner. Un appel d’offre a été lancé pour désigner le prestataire, c’est TSF qui a été retenu. Installé dans des anciens bâtiments militaires, le Pôle image comprend un studio de 400 m2, des bureaux de production et de post-production, des locaux d’accueil des équipes. 
Nous sommes ravis d’accueillir le tournage de Vestiaires, un grand succès de la fiction télé et de qualité, où les deux producteurs, Philippe Braunstein et Sophie Deloche, sont très proches de la création. Ce tournage permet d’affirmer la vocation cinématographique du site.


1. Le chantier du Pôle Image est en cours d’achèvement, TSF devra attendre la fin des travaux pour en avoir la pleine jouissance et regrouper l’ensemble de ses activités dans le bâtiment rénové. La Saemcib (Société d'économie mixte d'aménagement et de construction immobilière de Bègles) est le gestionnaire du site.

Entretien avec Philipe Braunstein, producteur de Vestiaires

Il y a 22 ans, il a fondé à Paris la société de production Les Films d’Avalon très présente dans le court-métrage, le long-métrage et depuis quelques années dans la fiction télé avec notamment Vestiaires qu’il co-produit avec Sophie Deloche – Astharté productions.
Alors qu’il achève le tournage de la 4e saison au pôle image de Bègles, il a accepté de nous parler de la genèse de Vestiaires, série TV très populaire de France 2, récompensée par le Trophée duo fiction TV du Films Français en 2012.
Vestiaires4L’idée de Vestiaires est née le plus naturellement possible dans les vestiaires d’un club de natation handisport à Aubagne près de Marseille, car les deux créateurs de la série, Adda Abdelli et Fabrice Chanut, sont tous les deux athlètes handisport dans un club de natation. Ils se retrouvent chaque semaine avec leurs co-équipiers pour leurs séquences d’entraînement, et comme tous les athlètes, ils échangent des vannes dans les vestiaires, ils racontent leur vie comme n’importe quel sportif, sauf que là ils sont « handis ».
Je les ai rencontrés au festival d’Aubagne où ils m’ont montré leurs petits textes. Et là j’ai flashé sur le projet. J’en ai parlé à Sophie Deloche qui a aussi été emballée en pensant tout de suite à France Télévisions.
La première étape a été de faire travailler les auteurs car il fallait être certain d’avoir du grain à moudre sur une quarantaine d’épisodes…
Une fois la matière recueillie, nous avons fabriqué les pilotes : six épisodes que nous avons financés sur fonds propres et avec l’aide du fonds innovation du CNC. Nous les avons montrés à Perrine Fontaine, alors directrice des programmes à France 2 : elle a été tout de suite convaincue et passionnée.
 
Pourquoi tournez-vous à Bègles désormais ? Quels sont les avantages ?
Les deux premières saisons de Vestiaires ont été tournées à Aubagne par fidélité pour la ville et le festival qui nous ont fait rencontrer les auteurs, et pour des questions pratiques : la piscine, les vestiaires, la proximité des comédiens, du réalisateur et des figurants de l’équipe handisport… Mais nous étions peu soutenus par la Région PACA que le projet n’intéressait pas malgré sa notoriété grandissante.
Le festival de La Rochelle m’a permis de rencontrer l’équipe d’Écla et de la Région Aquitaine qui avait remarqué la série. Ils nous ont encouragés à venir tourner en Aquitaine, d’autant plus que le studio du pôle image mis en place par TSF venait d’être inauguré.
La décision n’a pas été facile à prendre, d’abord parce que j’avais quelques scrupules : quitter Aubagne signifiait déménager les cinq comédiens principaux à Bègles, perdre une bonne partie des chefs de poste car la règle du jeu veut que l’on embauche les équipes techniques sur place.
Mais au bout du compte, la présence du studio, la disponibilité de l’équipe d’Écla, la bienveillance de la Région Aquitaine l’ont emporté et nous avons déménagé la série en saison 3. La saison 3 a été celle du changement, y compris financièrement car l’obtention d’une aide au titre du fonds de soutien de la Région Aquitaine a consolidé le modèle économique de la série. Aujourd’hui, le financement de Vestiaires c’est France 2, le COSIP, le CNC, la Région Aquitaine et TV5 Monde. Cela nous permet de travailler dans de bonnes conditions.
Nous avons fait appel à des équipes techniques aquitaines, des gens formidables, c’est devenu un atout pour nous, avec l’accueil très chaleureux sur le studio. Nous avons senti que nous étions très attendus pour cette deuxième année de tournage à Bègles.
 

Tout afficher

  • Vestiaires
    Romy et Orson, deux nageurs handicapés, se retrouvent chaque semaine pour leur entraînement, et nous font partager leur vision du monde pleine d’humour et de dérision.
     
    Vestiaires : épisodes disponibles en DVD et sur le site de la série : www.vestiaireslaserie.com