Entretiens > Au Chalet Mauriac 2014

14 10 2014

Sonate en 2 mouvements et à 4 mains

Propos recueillis par Nathalie André


Sonate en 2 mouvements et à 4 mains

© Nathalie André

Un an après leur résidence à la fabrique Pola qui a vu naître l’installation « Alors de ce côté, ça va » issue d’une réflexion sur la double catastrophe de Fukushima, Marina Bellefaye et Hélène Ferrié-Otani poursuivent ce projet, au chalet Mauriac, du 15 septembre au 13 octobre 2014. Toujours sur le principe d’une écriture à 4 mains, elles reviennent sur la toute 1re matrice, la photo d’une fenêtre de maison japonaise, pour s’orienter cette fois, vers la création d’un poème fiction.

Nathalie André – Vous avez toutes les deux « fait » l’École des Beaux-arts et ça vous a mené vers l’écriture, ce qui est inhabituel. Votre parcours depuis est semé de nouvelles structures éditoriales et de projets mêlant littérature, musique et arts plastiques...
 
Hélène Ferrié-Otani – Ça nous a habité très tôt. Mais jusqu’à présent notre travail autour de l’écriture s’inscrivait « dans la page du livre ».
 
Marina Bellefaye – Mais le projet « Alors de ce côté, ça va » a vraiment modifié notre approche de l’écriture avec une présentation sonore et en volume.
 
N.A. – Comment est donc né ce projet lié à la catastrophe de Fukushima ?
 
FenetreH.F.-O. – Ça part d’un point d’accroche personnel. On est allé au Japon avec mon mari, un an après, en 2012. Sa famille habite à 500 kilomètres de la zone sinistrée et son père lui a proposé d’y aller. Il a pris beaucoup de photos, on les a regardées et on en est resté là. Puis, on s’est retrouvées avec Marina et on eu envie de travailler ensemble sur un projet à 4 mains. La photo de cette fenêtre de Fukushima était encore posée chez moi. Elle nous a accrochées toutes les deux parce qu’au-delà de ce qu’elle représente, elle est totalement énigmatique et ça pourrait être n’importe où.
 
M.B. – Hélène m’a alors raconté ce que son mari lui avait dit de ce qu’il avait vu ; ces niveaux de narration étaient un point de départ parfait. On a commencé à écrire sur cette photo et à récolter des témoignages sur la catastrophe. Mais ce qu’en avait « traduit » les médias (radios, reportages, Internet...) nous a amené à creuser le contenu de ce qu’on trouvait. On a mis de côté ce qu’on avait déjà écrit et on a continué nos collectes ; on s’est réapproprié l’ensemble qu’on a totalement recomposé.
 
H.F.-O. – La masse de textes était conséquente ; on parlait de terreau, d’humus, c’était presque palpable ; on y entendait un brouhaha de paroles qui s’entrecoupaient se superposaient et créait une distorsion comme quelque chose qu’on n’entend même plus.
 
M.B. – Quand on a décidé que ce serait un objet en volume, que le texte serait porté sur trois murs délimités dans une pièce, on a tout écrit avec un crayon graphite puis on est repassé par-dessus parce que des parties s’effaçaient. Plus on repassait, plus ça se noircissait et plus ça disparaissait... Ce qui, finalement, était bien à l’image de notre matière : comme la radio qui égrène en boucle la même info...
 
N.A. – Alors à quel moment cette photo est réapparue puisque c’est l’objet de votre résidence ici ? Elle évoque un espace très calme, très silencieux ; l’inverse de ce que vous venez de décrire.
 
H.F.-O. – En fait elle a toujours été là, en nous. Elle n’apparaît pas dans l’installation mais c’est comme si elle était le 4e pan du mur. Et elle nous a fait passer du dehors au... dedans avec l’envie de créer une fiction. On a ressorti tous les textes écrits autour d’elle et on les a « versifiés » pour en extraire de petits blocs. On s’est aussi documentées sur la notion de catastrophe pour être plus générique.
 
N.A. – Comment vous procédez pour écrire à 4 mains ?
 
M.B. – Le but est d’uniformiser pour que le lecteur soit face à une matière unique. On écrit séparément et ensuite on se lit, on choisit, on coupe, on colle et on monte. On fonctionne extrêmement bien ensemble ; on arrive à produire sans se perdre ni se diluer. La question de l’égo, on l’a vite évacuée. Et s’emparer d’une matière qui n’est pas la nôtre permet de maintenir une distance.
 
N.A. – Pensez-vous que ce nouveau texte vous projettera encore « hors de la page » ?
 
H.F.-O. – On est arrivé hier au chalet et on commence déjà à mettre en place les fils de notre fiction. C’est plus narratif. On a deux personnages, on a un espace... On se donne comme objectif d’écrire le texte et de l’avoir en entier à la fin de la résidence. On aimerait quand même que ce soit un livre mais qui sait... « Sortir de la page » on ne l’avait jamais fait. Un projet comme celui-ci, ça peut paraître étonnant, mais on le choisit autant qu’il nous choisit ; alors comment savoir où il nous mènera...

Tout afficher

  • Biographie d’Hélène Ferrié-Otani
    Née le 19 mai 1982 à Fontenay-aux-Roses (92). En 2000, elle entre à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux  où elle suit les cours de Langage & Écriture d’Emmanuel Hocquard. Elle crée, en 2005, avec Jérémy Taleyson, les éditions La Cabane, à Bordeaux ; une association, de micro-édition dont le but est de publier des textes à caractère poétique et des dessins d’artistes. Minute Papillon ! , 2006 ; Dibouk, 2006 et Taksi, 2005. Entre 2006 et 2010, elle écrit dans la revue Action Poétique. En mars 2009 elle créée à Paris, une autre maison d’éditions, Avis de Tempête  avec Masahide Otani et Marie Rivière, qui publie, un livre par an à tirage limité, de textes et dessins contemporains, choisis et fabriqués à la main par les trois membres fondateurs. Elle y publie Express Aphrodite, en 2011. En  2013, elle entre en résidence d’un an à la fabrique Pola, avec Marina Bellefaye. Elles y présentent en avril 2014, l’installation mêlant l’écrit et le son Alors de ce côté, ça va.
    > www.pola.fr/agenda
  • Biographie de Marina Bellefaye
    Née en 1983. Elle entre à l’école des Beaux-arts de Bordeaux. En 2008, elle publie Album et Les pieds dans la peinture, aux éditions Dontilétissu, plateforme de création de [chose], d’édition et de production de [chose]. Elle est lauréate avec Renaud Chambon, en 2009, du projet 1 % artistique pour le collège François-Mauriac à Saint-Symphorien (Gironde). En association avec Maxime Actis et Quentin Léric, elle crée, en 2012,  le collectif bordelais  Bêta qui encourage et valorise la création contemporaine et la littérature d’expérimentation. C’est aussi une revue, Fuites, dont le deuxième numéro paraît le 23 mai 2013. La même année, d’avril à juillet, elle entre en résidence à Eysines avec  l’artiste Eddie Ladoire, plasticien et compositeur. Ensemble ils créent le projet « Pas à pas », une série d’images sonores de la ville d’Eysines, sorte de fiction radiophonique composée de textes écrits par Marina Bellefaye, d’interviews, de matières sonores glanées sur différents lieux de vies et d’échanges. En 2013, elle est résidente de la Fabrique Pola avec Hélène Ferrié-Otani, pour le projet « Alors de ce côté, ça va. » qui assemble et agence l’écriture, sa mise en espace et sa mise en son.
    > http://chaletmauriac.aquitaine.fr