En vue 2019

11 03 2019

Sébastien Laudenbach au contact des lycéens et apprentis néo-aquitains

Par Nicolas Rinaldi


Sébastien Laudenbach au contact des lycéens et apprentis néo-aquitains

Photos : Théo Rulin / ALCA Nouvelle-Aquitaine

Le réalisateur de La jeune fille sans mains a rencontré du 5 au 8 mars les élèves néo-aquitains dans le cadre du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma que coordonne ALCA sur l’académie de Bordeaux.


« Parfois les salles sont animées mais les lycéens et les apprentis sont les meilleurs publics pour appréhender ce type de film », explique Sébastien Laudenbach, quelques minutes avant de retrouver 173 élèves du lycée Jean Moulin de Langon. Après Oloron-Sainte-Marie, Nérac et Villeneuve-sur-Lot, le réalisateur de La jeune fille sans mains a achevé ce vendredi 8 mars à Langon et Ribérac une tournée des lycées et cinémas néo-aquitains dans le cadre du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma, que coordonne ALCA sur l’académie de Bordeaux.
 
C’est au cinéma Les 2 Rio, dans le bourg langonnais, en Gironde, que les lycéens locaux ont visionné tôt ce vendredi matin La jeune fille sans mains avant d’interroger son auteur. Des intentions graphiques, musicales et scénaristiques, le public enchaîne les questions. Dessins à la main, le réalisateur, qui enseigne dans plusieurs écoles (à l'Ensad, l'École nationale supérieure des Arts décoratifs, à Paris ou à La Poudrière à Bourg-lès-Valence, par exemple), répond longuement à des élèves attentifs.

 

Autre sujet abordé par les lycéens, la conception même du film interroge. Et pour cause : « C’est un projet que j’ai fait seul, sans storyboard », avance Sébastien Laudenbach, revenant ainsi sur la fabrication atypique de ce film « qui a coûté moins de 500 000 euros, loin des 20 millions d’Astérix ou des 15 millions de Zombillénium [soutenu, à l’instar de La jeune fille sans mains, par la Région Nouvelle-Aquitaine, ndlr] ».
 
Questionné sur ses projets à venir, Sébastien Laudenbach évoque son prochain film, « pour les enfants », Linda veut du poulet !, qu’il coécrit et coréalise avec sa compagne Chiara Malta. Une comédie burlesque, soutenue au développement par la Région Nouvelle-Aquitaine, qu’il a d’ailleurs pitché ce mercredi au Cartoon Movie, « forum européen de référence du cinéma d’animation », qui s’est tenu à Bordeaux.

 

Autant d’informations, précieuses pour des lycéens intéressés par la vie d’un film, que Sébastien Laudenbach a ensuite apportées aux élèves du lycée Arnaut Daniel de Ribérac, en Dordogne. Et d’achever ainsi une semaine de transmission au contact de plus d’un demi-millier de lycéens et apprentis néo-aquitains.


 

Tout afficher

  • Plus d'informations sur Lycéens et apprentis au cinéma

    Lycéens et apprentis au cinéma s'adresse aux élèves et aux apprentis des lycées d'enseignement général, professionnel, technique et agricole (BTS inclus), publics et privés, ainsi qu'à ceux des centres de formation des apprentis (CFA).

    Ce dispositif leur propose d'acquérir, d'enrichir et de diversifier une culture cinématographique, en suscitant leur curiosité de spectateur par la découverte d'œuvres cinématographiques en salle de cinéma, dans leur version d'origine, et ce depuis 1995.

    L'ambition est de permettre aux jeunes lycéens et apprentis de développer un regard critique sur les images grâce à l'étude des films et à la réflexion menées avec les professeurs ou les intervenants extérieurs.

    Toutes les informations sur le dispositif ici.