Éditeur aquitain

23 04 2015

Pogo, par-delà les étendues sauvages

Par Sarah Vuillermoz


Pogo, par-delà les étendues sauvages

Célébré de 1948 à 1975 pour ses strips publiés dans les journaux américains, Pogo le chef-d’œuvre de Walt Kelly fait enfin l’objet d’une belle réédition complète par les éditions Akileos, prévue en 12 volumes.

Le manque d’originaux souvent détruits et de plaques d’impression fondues, obligera son éditeur américain Fantagraphics à reprendre les sources dans les pages des journaux collectées par de fidèles lecteurs. Une fois restauré, ce travail d’orfèvre méritait bien que l’on surmonte l’Arlésienne : sa traduction française. L’éditeur girondin Akileos a fait appel pour cette tâche au traducteur Philippe Touboul, car l’argot délicieusement complexe utilisé dans le marais d’Okefenokee en Géorgie, fait tout le sel de cette fable animalière.
 
Dès 1943, Walt Kelly utilise le genre du funny animal, pour raconter les aventures désuètes de Pogo l’opossum et ses amis Albert l’alligator, Howland le hibou, Churchy la tortue, Porky le porc-épic et bien d’autres encore (on compterait plus de 500 personnages). Un joyeux bestiaire de différents caractères qui fonctionne sur deux niveaux de lecture à la manière d’une Mafalda : en prêtant un regard enjoué pour les enfants et un autre plus adulte en clin d’œil critique sur la société. Ainsi les péripéties dans ce monde enchanteur et boisé nous émerveillent à la manière des campagnes anglaises dépeintes par Beatrix Potter et Kenneth Grahame, du moins pour les premières années de ce recueil. Par la suite, Walt Kelly en grand humaniste, orientera son petit théâtre vers une satire plus politique où il sera question d’anti-ségrégation et de défense de l’environnement.
Sa technique au crayon bleu puis à l’encrage au pinceau en « ronde-bosse » provient de son parcours chez Disney. Il participera comme animateur (Pinocchio, Dumbo, Fantasia, Donald Duck) et apprendra cette forme de ligne sinueuse, qui donne tout le relief et mouvement au bestiaire du marais. Un trait unique, de petits êtres anthropomorphes qui touchent au génie, un marécage d’idées dont Bill Watterson et Jeff Smith avouent être les héritiers.

Ce premier recueil regroupe les strips quotidiens et les pages couleur du dimanche, du 16 mai 1949 au 30 décembre 1950. Les dernières planches reconstituent la genèse de Pogo, avant les Syndicates, publiés dans le New York Star du 4 octobre 1948 au 28 janvier 1949. Le tout est enrichi de textes permettant de remettre certains récits dans leur contexte politique et historique aux États-Unis.

Sélection Patrimoine 2015, Festival d'Angoulême.

Tout afficher

  • Références de l'album
    Pogo, Par-delà les étendues sauvages
    Walt Kelly
    Akileos
    www.akileos.com
    24 x 28 cm ; 308 p. ; 39,90 € ; Isbn : 9782355741548 ; décembre 2014.