Auteur néo-aquitain

22 02 2018

Larsen

Par Vincent Lafaille


Larsen

Photo : DR

À l’été 2016, Rémi Checchetto était en résidence au Chalet Mauriac, à Saint Symphorien. Avant d’entamer d’autres projets, il s’était attaché à peaufiner l’écriture de Larsen, paru en novembre 2017. Après Puisement en 2010, Jours encore après en 2013 et Ici même en 2015, Larsen est le quatrième livre de Rémi Checchetto publié aux éditions Tarabuste, quatrième livre de deuil, comme la quatrième étape du deuil de son épouse.

 

Larsen donc, ce mot qui revient, ce mot-personnage qui attaque sans cesse celui qui est soumis à cette épreuve de la mort de l’autre, ce mot placé régulièrement en début de page tout au long du livre. Larsen comme l’effet, cette boucle de son, de l’émetteur au récepteur, du récepteur à l’émetteur et ainsi de suite, créant une ondulation, un bourdonnement, gagnant en intensité, jusqu’à la rupture. C’est cela que nous fait lire et entendre Rémi Checchetto à la perfection, ce bourdonnement, ce harcèlement des images, des voix, des souvenirs et des pensées confuses : « c’est un déluge, une mitraille, des engrenages d’associations, des dents de sensations qui apparaissent, disparaissent, reviennent ou pas, c’est sourd/lourd, c’est un fracas ». Alors les mots se bousculent, la cadence est rapide, « larsen » scande le texte et le lecteur est happé.
 

Les mots se suivent à toute allure et Rémi Checchetto, comme dans l’ensemble de ses textes, ne s’empêche pas là, malgré le sujet, de jouer avec, de les faire résonner entre eux, de les bousculer un peu. Et pourtant, ce qu’il nous dit à plusieurs reprises, c’est que le problème est bien celui-ci, celui des mots, ceux absents de celle qui a disparu, ceux difficiles à trouver, ceux qui peinent à dire la réalité de la douleur et ceux qui ne sont presque d’aucun secours. Ainsi dit-il, « les mots sont bousculés/basculés, de la faiblesse les gagne, de la fatigue, de l’usure, ils en ont du mal à s’en sortir, à remonter à la surface, à venir à la rescousse », ou ceci, « nos mots ne nous bercent/ nos mots nous percent/ ils sont l’outil par quoi se creuse/ le trou en nous/ où nous tombons en nous » et plus loin encore, « et sur le champ de bataille/ ce sont d’abord les mots/ qui se donnent la mort/ cela laisse ensuite/ toute la place pour le carnage/ (voilà pour la chronologie) ». Et enfin il précise : « c'est une avancée de mots/ ce n'est qu'une avancée de mots/ il n'y a aucune réalité/ ce ne sont/ que des mots ». Mais malgré tout donc, malgré cette bataille avec les mots, malgré ce qui peut parfois apparaître comme une méfiance vis-à-vis d'eux, Rémi Checchetto est poète, et pas n'importe quel poète, un de ceux qui aiment dire leurs textes en public, un de ceux, on l'a dit, qui aiment s'amuser avec, alors il trouve encore un moyen de les faire « chanter ». Il le revendique même, dans cette magnifique sixième séquence de ce livre qui en compte sept, séquence la plus courte, d’une page : « bien sûr/ bien sûr !/ qu'on peut même chanter l'abîme/lui trouver des rimes/ bien sûr !/ bien sûr !/ ».
 

Et nous n’aurions pas tout dit sur ce texte si nous ne soulignions pas l’étonnante capacité de Rémi Checchetto à ne jamais circonscrire le propos à une histoire singulière, à une douleur particulière. C’est ce que l’on remarque systématiquement depuis Puisement et qui frappe encore ici. Bien sûr il y a de l’intime, mais de l’intime universel, bien sûr il y a de la souffrance, qui nous est dite, qui nous est montrée, mais elle ne devient pas celle du lecteur ne pouvant plus la supporter. Ce n’est pas la première fois que Rémi Checchetto réussit cela mais c’est toujours admirable. Bien sûr il y a ce pronom personnel indéfini qui favorise cet effet de distance mais c’est surtout qu’ici il y a de la langue, il y a des mots.

 


Larsen, de Rémi Checchetto
Tarabuste Éditions

2017
136 pages
ISBN : 9782845873742







 

 

>> "Des livres et des mots" : retour sur la résidence de Rémi Checchetto à l'été 2016 <<

 

Rémi Checchetto vient également de publier Nous ne sommes pas des héros aux éditions de l'Attente.