Actualités > En vue 2016

30 05 2016

Jour 7 et Fin ?

Par Sébastien Laurier


Jour 7 et Fin ?

Il y a un mois j’ai rencontré Minthé. Elle est reconnue comme « chamane de l’eau » : elle rassemble et unit les eaux du monde entier, celles des rivières, des sources, des lacs, des océans. Elle en reçoit de tous les coins de la planète, voyage avec elles, avec des gens sensibilisés par la protection des sites sacrés de l’eau, rencontre et trouve des gardiennes pour chaque source, renoue avec des traditions et cérémonies anciennes autour des eaux et de leur pouvoir de guérison et d’harmonisation. Minthé est la gardienne des « Aguas Unidas » ; elles sont aujourd’hui dix-neuf « porteuses d’eaux » (les hommes n’ont pas le droit de porter l’eau) et multiplient les projets.
Quand elle m’a dit : Les eaux ont la particularité de nous connecter à la mémoire de l’humanité. Elles ont été en contact avec toutes les lignées. En les touchant, en se connectant, elles te donnent ta mission de vie. Il faut porter attention à nos rêves et à nos rencontres. Évidemment, ça m’a fait couler l’eau des yeux. Je lui ai promis que je lui ramènerai des eaux guérisseuses landaises sans savoir lesquelles. Au final, une bouteille de Notre-Dame de la Délivrance et une bouteille de la source Marie-Madeleine sont destinées à être mélangées aux Aguas Unidas.
On ne sait pas encore ni où ni quand elles se rejoindront, mais savoir que les eaux de Saint-Martin-de-Seignanx et de Contis vont se mélanger avec celles du Gange, du Jourdain et de bien d’autres eaux du monde entier me remplit de joie.
Ça me fait penser que j’ai aussi ramené une bouteille d’eau de source pour Chantal, qui s’occupe de l’entretien du chalet Mauriac. Cet hiver, on lui avait volé son vélo et une collecte avait été organisée à Noël. Mardi dernier, elle m’a montré la bicyclette toute neuve qu’elle vient de s’offrir. Elle n’avait pas pu avant. Je comprends. Cinq mois de deuil pour un vélo, je comprends.
En revanche, le retour à Saint-Symphorien signifie l’écurie (provisoire, on l’espère) pour Cheval. S’il est plus que jamais un fidèle compagnon, je sais aussi ce que doit ce périple à deux autres complices : un grand Merci à Jean-Marc, l’homme qui chuchote aux feuilles des arbres, qui nous a transporté à l’aller et au retour. Et à Aimée d’Écla, qui a organisé, préparé, suivi, accompagné, photographié (bref, qui a tout fait) ce périple qui fut un vrai voyage…
Héraclite a définitivement raison ; vivement le prochain bain dans le fleuve…
Sebastien-Laurier-9494Sebastien-Laurier-Marie-Madeleine









Sebastien-Laurier-9528Sebastien-Laurier-Aimee









Photos : Aimée Ardouin & Sébastien Laurier