En vue 2019

10 10 2019

Des "Portraits rêvés"… par Un Autre Monde

Par Nathalie André


Des

Photo : Alban Gilbert / ALCA Nouvelle-Aquitaine

Portraits rêvés est une application conçue par Un Autre Monde explorant l’univers de plusieurs auteurs néo-aquitains du livre à travers des biographies inventées à partir de l’un de leurs ouvrages. Une initiative de création littéraire et numérique, soutenue par la Région Nouvelle-Aquitaine et la Drac Nouvelle-Aquitaine, présentée le 27 septembre dernier lors de la 3e Fête au Chalet Mauriac.


S’il "ne faut pas confondre Robinson et Defoe, Marcel et Proust", comme l’écrit Michel Butor dans Essai sur le roman, "ceux-là même sont toutefois une fiction. […] Ils sont tout autant le représentant de l'auteur, sa persona". Il est vrai que la question : "Qui sont les écrivains, assis à leur table, en train d’écrire ?" hante la littérature depuis toujours. Dans Les Mandarins, Simone de Beauvoir ajoute, elle, "on dit volontiers que les écrivains ne sont pas des personnages romanesques : pourtant les aventures de la pensée sont aussi réelles que les autres et elles mettent en jeu l'individu tout entier : pourquoi ne tenterait-on pas de les raconter ?" C’est, d’une certaine manière, ce que deux écrivains, membres fondateurs de l’association Un Autre Monde, Lucie Braud et Romuald Giulivo, tentent d’approcher dans Portraits rêvés, un projet littéraire conçu sur une application pour mobiles et tablettes, présenté en avant-première lors de la 3e édition de la Fête au Chalet Mauriac, aux scolaires, aux enseignants et à des acteurs culturels régionaux.

Au Cercle ouvrier de Saint-Symphorien où nous est présenté Portraits rêvés, sur un grand écran, Romuald Giulivo commence : "L’idée est venue d’une expérience d’auteur. J’écris souvent sur des personnages qui se demandent s’ils existent vraiment, s’ils sont vraiment en vie. Pour moi, un auteur ça n’existe pas. Quand j’écris et qu’après je me relis, je me demande où j’étais, moi, quand l’auteur que je suis était en train d’écrire ? Je n’ai pas l’impression d’être l’écrivain qui écrit mes livres ; je ne sais pas qui est le mec qui écrit mes livres. Il n’est pas loin, je le fréquente de temps en temps mais il m’est assez inconnu finalement. S’ajoute à cela le fait que nos expériences de lecteur nous amènent parfois à nous demander quelle est la part autobiographique et la part de fiction dans ce qu’un auteur a écrit. Certains en jouent d’ailleurs et notamment Brett Easton Ellis dans Lunar Park par exemple, qui fictionnalise sa vie et sa personne. J’ai eu envie de prendre ces deux idées à rebours, d’en inverser le processus, en partant du postulat que les auteurs n’existent pas, qu’ils sont des fictions. Ça m’a donné envie d’inventer des portraits d’auteurs. Lucie Braud était partante et on a décidé d’en faire un travail de lecture à voix haute, associé à des photographies."

 

"Notre public c’est le lecteur et, de préférence, le jeune lecteur, aussi on souhaitait que ce projet soit une autre façon de nourrir une appétence à la lecture."

 
Prenant la suite, Lucie Braud nous explique comment le projet a véritablement démarré en 2017 : "Comme on est tous les deux très attachés à la notion de territoire, puisqu’on est des auteurs de la géographie, des lieux, on a pris le parti de choisir des auteurs de Nouvelle-Aquitaine, de lire un seul de leurs livres et d’imaginer leur vie à partir de ça. On a sélectionné 12 auteurs* en équilibrant nos choix pour que ce soit des auteurs issus des trois anciens territoires, autant urbains que ruraux, avec un rapport paritaire entre hommes et femmes et, pour qu’il y ait une pluridisciplinarité représentative, on a choisi des champs littéraires différents, du roman jeunesse au roman adulte, de la bande dessinée à l’illustration, de la philosophie à la poésie. Ce mélange des styles et des genres c’est aussi pour que chaque lecteur puisse trouver une porte d’entrée. Notre public c’est le lecteur et, de préférence, le jeune lecteur, aussi on souhaitait que ce projet soit une autre façon de nourrir une appétence à la lecture. On s’est ensuite réparti les textes équitablement et on a écrit des microfictions qu’on a vite fixées à 3000 signes, pour que la lecture à voix haute soit de 3 minutes maximum, soit à peu près le temps d’une chanson."

Sur l’écran, en face de nous, vient d’être lancé une première lecture à voix haute, une fiction écrite autour L’enfant qui de Jeanne Benameur (Actes sud, 2017). La voix enveloppante de Romuald démarre : "Tu es Jeanne Benameur. Oui toi. Tu le sais très bien, ne fais pas l’innocent. Tu es Jeanne Benameur car toi aussi ta mère a disparu ou disparaîtra un jour. Tu le sais bien. C’est inévitable. Désolée de cette mauvaise nouvelle mais c’est ainsi. Jeanne Benameur, toi, moi, nous et tous les autres, on finit forcément orphelin un jour. […] Tu es Jeanne Benameur et même s’il n’y a plus désormais de vraie couleur, de souffle ou de raison, tu es vivant et parfois tu y crois et tu te laisses traverser par une poussée de joie. Tu ne sais pas d’où elle vient mais tu te laisses porter. Tu avances, tu serres les dents, tu t’offres des sourires et des encouragements, tu dévores tout, repas, projets, expériences… […] Tu dévores, tu te gaves et puis tu oublies. Tu oublies que tu es seul et à jamais de travers…".

Lucie reprend : "Nous sommes tous les deux auteurs et nous avons fondé ensemble en 2013 l’association Un Autre Monde, un collectif d’auteurs et d’artistes. Les processus de création sont souvent assez solitaires, aussi on avait envie de travailler ensemble, à plusieurs. La ligne éditoriale est simple : les projets portés par les artistes sont toujours issus d’une œuvre littéraire qui va générer un travail pluridisciplinaire. On part du livre (quel que soit son champ littéraire) pour créer des spectacles ou des lectures qui vont croiser d’autres champs artistiques comme le dessin, la musique, la vidéo… La mise en voix étant ce vers quoi on tend le plus. Et cette façon d’appréhender nos créations nous a enrichis et continue de nous apprendre d’autres façons de voir, de lire et d’interpréter".
 
 

"Un outil pédagogique pour les bibliothécaires, les documentalistes et les enseignants."


Et Romuald ajoute : "Ça casse nos automatismes et mécanismes de fabrication et renouvelle nos pratiques, ce qui rend la vie beaucoup plus intéressante. Depuis le début, on veut défendre la lecture et le livre à travers la lecture à voix haute parce que c’est une autre façon de trouver un chemin vers le livre pour, surtout, réinventer du plaisir. Lire à voix haute, c’est vivre la lecture, les mots, c’est se rapprocher du ressenti. C’est aussi dans cette optique qu’on a voulu associer, à ces portraits imaginaires d’écrivains réels, des photos d’eux, toutes aussi imaginaires. On a confié la commande à Olga David, une jeune photographe qui a créé trois portraits photographiques issus de son interprétation puisqu’elle n’a eu accès qu’aux microfictions qu’on a écrites sur les 12 auteurs".
 
Pour l’application, qu’ils ont fait développer par les Ateliers In8, ils ont souhaité qu’elle soit très épurée afin qu’aucune animation ne perturbe l’attention portée aux textes, à la voix et aux photographies. Lucie et Romuald ont l’habitude de travailler en atelier d’écriture avec des scolaires, aussi leur souhait serait que cette application - qui a été financée par la Drac, la Région Nouvelle-Aquitaine et soutenue par ALCA -, puisse être un outil pédagogique pour les bibliothécaires, les documentalistes et les enseignants puisque ce travail d’écriture numérique pour mobiles et tablettes a été conçu pour les scolaires, les lycéens notamment. L’application, installée sur tablettes peut, par exemple, permettre de présenter une sélection d’auteurs régionaux à découvrir autrement ou d’imaginer des actions d’éducation artistique avec un processus de création similaire, à savoir : inventer des portraits d’écrivains, réels ou… imaginaires. Pour minimiser les coûts, le principe peut être reproduit sur une simple page web. L’idée, bien entendu, c’est de soutenir un accès à l’écrit, à la lecture et de travailler également l’image, par le biais de photos ou de vidéos. Un programme complet en somme et qui va se poursuivre puisqu’une deuxième saison de Portraits rêvés est en gestation.

 
*Gilles Abier, La Piscine était vide, Actes Sud, 2014. Sandrine Beau, Traquées, Alice éditions, 2017. Jeanne Benameur, L’Enfant qui, Actes Sud, 2017. Mehdi Belhaj Kacem, Vita Nova, Dante (traduction), Gallimard, 2007. Lucie Braud, L’Everest, à paraître. Claude Chambard, « Le Jour où je suis mort », in Des Trains à travers la plaine, Atelier In8, 2011. Frédérique Clémençon, L’Hiver dans la bouche, Flammarion, 2016. Yann Fastier, Savoir-Vivre, Atelier du Poisson soluble, 2000. Romuald Giulivo, L’Île d’elle(s), à paraître. Marin Ledun, Salut à toi, ô mon frère, Gallimard, 2018. Julie M., Naturellement, 5 tomes, Belloloco, 2014-2018. Elie Treese, Les Anges à part, Rivages, 2014.

 

Tout afficher