Actualités > L’actu pro

28 02 2019

Contrat de filière : ils ont créé ou repris une librairie en Nouvelle-Aquitaine

Par Nicolas Rinaldi


Contrat de filière : ils ont créé ou repris une librairie en Nouvelle-Aquitaine

Photos : Margaux Maillard, Olivier Thuillas / ALCA Nouvelle-Aquitaine

Pas moins de sept librairies ont été créées ou reprises en 2018 sur le territoire néo-aquitain. Afin de pérenniser l’activité et l’emploi des structures, ces cessions ont bénéficié du soutien du Contrat de filière Livre en Nouvelle-Aquitaine, animé par ALCA et porté par la Région Nouvelle-Aquitaine, la DRAC Nouvelle-Aquitaine et le CNL.

 
« Je te piquerais bien ta librairie ! » Quelques années après, la boutade de Matthieu Saint-Denis s’est vérifiée. Fidèle client de Krazy Kat, première librairie de bande dessinée de Nouvelle-Aquitaine en termes de chiffre d’affaires, alors tenue par Olivier Vandernotte dont il était déjà proche, Matthieu Saint-Denis a finalement racheté en janvier 2018 l’établissement bordelais. Comme lui, libraires ou non, de nombreux professionnels ont créé ou repris une structure l’année dernière, bénéficiant du soutien du Contrat de filière Livre en Nouvelle-Aquitaine.  Un an après sa reconduction, ce dispositif animé par ALCA et porté par la Région Nouvelle-Aquitaine, la DRAC Nouvelle-Aquitaine et le CNL, a accompagné sept créations et reprises de librairies sur le territoire néo-aquitain.
 

Des parcours diversifiés

À Royan (Charente-Maritime), Natalia Bouis a repris la Librairie du Rivage après avoir exercé pendant dix années dans un établissement à Vichy. Le salariat était pour elle « une étape anticipée à la suite de l’obtention de son master Métiers du livre, en vue de gérer sa propre affaire. » Un parcours tracé qui dénote de celui de Matthieu Saint-Denis, qui a auparavant travaillé dans le jeu vidéo et l’impression 3D de figurines, ou de Nathalie Ventax, qui confesse avoir « encore du mal à dire MA librairie ». Aujourd’hui propriétaire de Comptines, Nathalie était salariée quinze ans durant dans cette librairie jeunesse incontournable de la capitale néo-aquitaine.
 

Reprise ou création ?

Avant de se lancer dans un tel projet, d’aucuns ont déjà décidé de reprendre plutôt que de créer une librairie. Caroline Dieny et Baptiste Gros, lauréats de la Bourse Jean-Luc Lagardère Libraire, ont pourtant priorisé l’environnement commercial, qu’il s’agisse d’une reprise ou d’une création. Lorsqu’ils ont vu l’annonce de vente de La Colline aux livres, l’offre a parfaitement correspondu à leurs attentes : « Bergerac [Dordogne, ndlr] compte plus de 30 000 habitants, la ville est dynamique et bénéficie d’une forte saisonnalité l’été et à Noël. »
 
Dans le quartier bordelais des Chartrons, à l’inverse, Charline Corbel, envisageait plutôt de reprendre un établissement existant, ce qui « semblait plus confortable et nécessiter moins de travaux. » Après prospection, elle a finalement décidé de créer une librairie dans un local ayant abrité un commerce  de vente de produits d’occasion. La Librairie des Chartrons a ainsi vu le jour en février 2018, bénéficiant de la clientèle familiale de la précédente affaire.
 

Monter un dossier et se faire accompagner

Parfois les successions sont motivées par une fidélité pour un établissement. Delphine Bertrand, Éric Bernard et Sylvie Cock ont ainsi repris la librairie et maison de la presse Luluberlue en février 2018, après avoir connu plusieurs mois difficiles : alors que le projet de reprise était encore vague à l’été 2017, l’ancien propriétaire décède et le magasin est placé sous administration provisoire. Accompagnés par ALCA, les trois amis de trente ans montent un dossier de financement et de demande de subvention. Ils obtiennent ainsi une aide de 20 000 euros, leur permettant de soutenir le stock, « difficilement estimable lors du lancement. »
 
Ces subventions représentent une part importante du financement. Pour Natalia Bouis, à Royan, les aides de la Région Nouvelle-Aquitaine, de la DRAC et du CNL ont constitué près d’un tiers de son budget. Au-delà du soutien dans le montage financier, ALCA lui a également apporté « de précieux conseils techniques et humains. » Un constat partagé par Nathalie Ventax, qui relève aussi le rôle « très positif » de la banque qui l’a soutenue malgré un faible apport  et de tous les autres financeurs, dont l’ADELC.
 

Réaménager la librairie

En reprenant à Hourtin (Gironde) la librairie Luluberlue, endettée et peu informatisée, Delphine, Sylvie et Éric se sont attelés à un grand chantier, d’autant que le plafond, les peintures murales, l’éclairage et le chauffage étaient à refaire. Si les aménagements sont souvent moindres dans les autres établissements, ils demeurent indispensables. Le regard neuf du repreneur permet en effet de « relever quelques défauts et d’y apporter une correction en vue d’accroître le chiffre d’affaires », explique ainsi Matthieu Saint-Denis.
 
À Krazy Kat, Matthieu a mis en place un nouvel outil de gestion informatique et acheté du matériel neuf. Il a également repris l’ensemble de l’éclairage, « soit 117 ampoules, toutes en énergie verte », et a repensé le parcours de circulation. Aidé par une consultant merchandising, il s’attelle également à rendre la devanture plus attractive, d’autant que la fréquentation de la librairie est « très fortement influencée par le développement touristique de Bordeaux. »
 

Assurer une transition avec le cédant ?

Avant de réaménager la librairie reprise, nombreux sont les nouveaux propriétaires à souligner l’importance d’une passation tranquille. « Il faut prendre le temps pour bien comprendre et connaître l’environnement local, échanger sereinement avec le cédant pour comprendre ses pratiques et faire comprendre celles que l’on souhaite développer », conseille ainsi Baptiste Gros, de La Colline aux livres. Même son de cloche à Comptines, où Nathalie Ventax a pu pleinement s’appuyer sur l’ancienne propriétaire pendant deux mois, « une période minimum et nécessaire ». Et continuer, d’ailleurs, de bénéficier de ses conseils.
 
Pour d’autres, « un tuilage n’est pas nécessaire ». « Ce n’était pas un besoin », estime ainsi Natalia Bouis, qui met en avant son expérience mais aussi la présence au sein de la librairie d’une salariée présente depuis près de 15 ans. « Elle connaît la clientèle, les fournisseurs, le marché local… », égrène Natalia. Une forme de transition en douceur, en somme. Plus au nord, Jean-Yves Camiade a repris à l’été 2018 le Puits de Jacob, librairie religieuse rochelaise. Rebaptisée Librairie Siloë, elle est devenue le deuxième point de vente de son entreprise basée à La-Roche-sur-Yon. « Cette reprise d’activité n’induit pas de passation », conclut le repreneur.
 

D’autres types de soutiens aux librairies

Jean-Yves Camiade, en ouvrant un poste en CDI, a bénéficié d’une aide à l’emploi de 8000 euros. À Saint-Yrieix-la-Perche, en Haute-Vienne, la librairie Les Oiseaux Livres, a bénéficié de ce même dispositif. Sa propriétaire, Amandine Barascut, explique qu’après un soutien de 10000 euros en 2017 pour élargir l’offre de sa librairie, « la suite logique, début 2018, a été le recrutement d’un libraire spécialisé sur la littérature adulte. » Accompagnée par ALCA, elle a « finalement déposé une nouvelle demande d’aide, qui a été obtenue : le salaire du nouveau libraire, recruté à 21h par semaine en CDI, fait donc l’objet d’un financement pour 40% sur la première année et 25% pour la seconde. Tout cela grâce aux conseils et au suivi d’ALCA et à l’aide financière du Contrat de filière.»
 
Le Contrat de filière vise donc à soutenir la création et la reprise de librairies sur le territoire néo-aquitain, à pérenniser voire développer l’emploi de ces établissements du livre. Mais aussi à accompagner plus largement les professionnels, dans les aménagements par exemple de leur structure : « le soutien obtenu en 2018 dans le cadre du Contrat de filière nous a permis de renouveler notre ameublement afin de donner une nouvelle dynamique à notre librairie spécialisée jeunesse. Meubles adaptés, couleurs chatoyantes ! Enfin un univers qui nous correspond ! », s’enthousiasme Claire Fontanel, co-gérante à Tulle (Corrèze) de la librairie Chantepages. « Souvent pris au milieu des cartons, monter un dossier de subvention peut rapidement se transformer en calvaire ! » Avant de rappeler que pour toute demande relevant du Contrat de filière, « l’espace de dépôt en ligne permet de monter le dossier petit à petit, sans se précipiter. »
 
 
_________________________________________________________________________________________
 

Chantepages, Tulle (Corrèze)1
Seule librairie spécialisée jeunesse de Corrèze, Chantepages propose une offre riche et diversifiée de livres et jeux pour enfants, ainsi qu’un rayon de loisirs créatifs. Elle propose toute l’année de nombreuses animations et a obtenu en 2018 le label LIR (Librairie indépendante de référence).

26 avenue Charles de Gaulle, 19 000 Tulle
05 55 26 60 07
https://www.librairiechantepages.fr/
 
 

La Colline aux livres, Bergerac (Dordogne)
Librairie généraliste, La Colline aux livres et ses rayons expriment « le goût pour la littérature » de ses propriétaires, qui veillent à « répondre aux envies de tout le monde ». Au moins une fois par semaine, des animations sous forme d’échanges sont organisés, aussi bien avec un auteur local qu’avec de grands noms nationaux voire étrangers.

Place du marché couvert, 24100 Bergerac
05 53 57 90 97
http://www.lacollineauxlivres.com/
 


Comptines, Bordeaux (Gironde)
Grâce à son fonds, la librairie Comptines est un endroit de référence pour débusquer LE livre jeunesse, pour les tous petits comme les adolescents. Une offre dense à laquelle s’ajoute un large choix de jeux, jouets et éléments de décoration.

5 rue Duffour-Dubergier, 33000 Bordeaux
05 56 44 55 56
http://librairiecomptines.hautetfort.com/
 


Krazy Kat, Bordeaux (Gironde)
« Mollat de la bande dessinée », Krazy Kat propose un fonds incomparable de titres, ainsi qu’une sélection de figurines. Un espace bar permet également de savourer les bandes dessinées en plein centre de Bordeaux.

10 rue de la Merci, 33000 Bordeaux
05 56 52 16 60
https://www.canalbd.net/krazy-kat
 


Librairie des Chartrons, Bordeaux (Gironde)
Si le fonds est généraliste, la Librairie des Chartrons dispose d’un riche espace jeunesse. Un accent porté aux jeunes publics couplé d’animations qui leur sont destinées : des soirées virgin mojitos2 et chips sont organisées avec des auteurs, associant évidemment les parents.

17 cours Saint-Louis, 33300 Bordeaux
09 83 28 65 65
https://www.facebook.com/lalibrairiedeschartrons/
 


Librairie du Rivage, Royan (Charente-Maritime)
Généraliste, la Librairie du Rivage met en avant la littérature, les sciences humaines et la jeunesse. La bande dessinée et le pratique (voyages, cuisine, loisirs…) vont être développés, ainsi que des animations avec des rencontres et signatures.

82 boulevard Aristide Briand, 17200 Royan
05 46 22 05 16
https://www.librairie-du-rivage.com/
 


Luluberlue, Hourtin (Gironde)
Également maison de la presse, Luluberlue est une librairie généraliste, avec des beaux-livres et un rayon jeunesse. Proche de l’eau, l’établissement profite d’une forte saisonnalité et prévoit ainsi de nombreuses animations estivales.

14 place de l'Église, 33990 Hourtin
05 56 41 30 71
https://www.facebook.com/pages/category/Bookstore/Librairie-Luluberlue-238132896747421/
 


Les Oiseaux Livres, Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne)3
Créée en novembre 2015 comme librairie spécialisée jeunesse et parentalité, Les Oiseaux Livres est devenue une librairie générale en 2017. Proposant de nombreuses animations et rencontres tout au long de l’année, la librairie est devenue en trois ans un poumon culturel du pays de Saint-Yrieix-la-Perche.

3 place du Marché, 87500 Saint-Yrieix-la-Perche
05 55 09 52 28
http://www.oiseaux-livres.fr/
 


Siloë, La Rochelle (Charente-Maritime)
Librairie catholique, Siloë est la seule à proposer exclusivement de la littérature religieuse à La Rochelle.

22 bis Rue Fleuriau, 17000 La Rochelle
05 46 29 48 52
 
 



 
Ont également été aidées en 2018 dans le cadre du Contrat de filière Livre en Nouvelle-Aquitaine, les librairies : La petite machine (Bordeaux (33) - développement de fonds, amélioration des espaces de vente, animation et outils de communication), Librairie Jaufré Rudel (Blaye (33) – aménagements des espaces de vente, mobilier, fonds), Acacia-Formatlivre (Libourne (33) – emploi : alternance), Librairie Saint-Martin (Bazas (33) – fonds et matériel informatique), Librairie Georges (Talence (33) – climatisation, informatique et fonds), L’ivresse (Villeneuve-sur-Lot (47) – informatique, promotion, emploi), Le 5e Art (Saint-Jean-de-Luz (64) – rénovation du sol, emploi), Le Passeur (Bordeaux (33) – travaux, mobilier, fonds), Le texte libre (Cognac (16) - développement de fonds, amélioration des espaces de vente, mobilier, animation et outils de communication), LPPC (Rochefort (17) – acquisition et modernisation de l’équipement informatique), Les Saisons (La Rochelle (17) – rénovations, mobilier), Atrium/ Les Pertuis (Saint-Pierre-d’Oléron (17) – rénovations, mobilier, aide à l’emploi), Esprit nomade (Courçon (17) – animations pour le dixième anniversaire), Aux classiques (Châtellerault (86) – maintien d’une offre adaptée et de qualité), Livres et vous (Ruffec (16) – déménagement du local), L’Arbre à mots (Rochefort (17) – mobilier, fonds, animation), La Bruyère vagabonde (Poitiers (86) – maintien d’une offre adaptée et de qualité, animation, promotion), La Plume de Noblat (Saint-Léonard-de-Noblat (87) - développement du rayon BD, communication), La petite marchande d’histoires (Uzerche (19) – animation, emploi, espaces de vente), Rêv’en pages (Limoges (87) – animations, emploi, fonds), Librairie chrétienne (Brive (19) - informatique), Page et Plume (Limoges (87) - travaux), Préférences (Tulle (19) – emploi, communication), Les gens qui doutent (Limoges (87) – emploi, communication), Au fil des pages (Guéret (19) – fonds, informatique, électricité).


1 3 Propos recueillis par Olivier Thuillas
2 "mojitos sans alcool"