Entretiens > Rencontre avec…

16 05 2018

Blick Bassy : « La singularité, c'est trouver son couloir »

Propos recueillis par Serge Airoldi


Blick Bassy : « La singularité, c'est trouver son couloir »

Photo : David Balicki

Originaire du Cameroun, Blick Bassy est chanteur, musicien, écrivain, entrepreneur culturel.  Pleinement engagé dans toutes ces voies, l'artiste partage son expérience auprès de jeunes de quartiers prioritaires dans le cadre du projet SINGÜ (2017-2019), avec lequel il sillonne plusieurs villes de Nouvelle-Aquitaine. Ce projet est porté par l’association Musiques de Nuit Diffusion, installée au Rocher de Palmer.

 
Comment sont nés cette résidence artistique de trois ans avec le Rocher de Palmer et ce projet baptisé SINGÜ ?
 
J'ai rencontré Patrick Duval à Angoulême, dans le cadre des Musiques Métisses, dont il dirige la programmation. Il m'a parlé d'un projet qu'il menait avec Le Rocher de Palmer (1), à Cenon, structure dont il est directeur artistique. Ce projet était d'associer des artistes et plusieurs villes de la région pour intervenir dans des quartiers qualifiés de difficiles. J'ai proposé SINGÜ (voir ci-dessous) avec l'ambition de déclencher un désir de singularité chez ceux que je rencontrerais dans ces quartiers. La singularité, c'est ce qui nous caractérise. Chacun d'entre nous est une personne unique. La singularité, c'est trouver son couloir, l'exploiter. La singularité, c'est aussi ce qui m'a sauvé.
 
 
Votre couloir, votre sauvetage ? Expliquez-nous...
 
Malheureusement, notre monde est celui du standard, de la norme, de la masse conquérante, victorieuse. Et en permanence, les images, les messages, les injonctions, nous poussent vers cet état de fait, vers ce carcan. Il est très compliqué d'être qui nous sommes en tant qu'individu singulier. C'est un travail quotidien pour inventer ce fameux couloir et s'y lancer. Cela fait sept ans que j'ai entrepris ce travail. Cela m'a sauvé parce que j'ai compris la nécessité d'être moi-même et trouvé la solution pour entreprendre cette démarche naturelle. Bien sûr, nous sommes alors pointés du doigt, jugés bizarres parce que nous empruntons l'autre chemin. Mais au moins, nous sommes nous-même. Enfin cohérents avec ce que nous sommes au plus profond.
 
 
Vous êtes d'origine camerounaise. Est-ce que cette qualité africaine est une difficulté supplémentaire à l'effet de standardisation dont vous parlez ?
 
Vous savez, que l'on soit aujourd'hui en Afrique, en Europe ou ailleurs, nous vivons tous selon un même modèle occidental. La structure est partout la même. L'écosystème, lui, demeure, bien sûr. Il impose d'autres réalités. Mais la structure, la superstructure même, domine tout. Et c'est bien cela qu'il faut affronter.
 
 
Comment travaillez-vous dans ces quartiers où vous intervenez ?
 
Dans chaque ville concernée, le Rocher de Palmer a l'habitude de travailler avec les différentes équipes sur le terrain. Ce sont d'excellents interlocuteurs avec lesquels je suis tout de suite entré en contact. Le thème de mes interventions, c'est le développement de soi, c'est l'émancipation de chacun. L'idée, c'est de déconstruire les barrières virtuelles qui nous entourent, nous contraignent, nous réduisent. L'idée, c'est d'aller vers une éclosion. Mais pour cela, il faut régler un problème avec soi-même.
 
 

"Et très vite, sûr de vouloir réaliser mes rêves, je me suis donné les moyens de les mettre en œuvre."

 

Que voulez-vous dire ?
 
Quand on habite dans une banlieue ou dans un quartier réputé difficile, quand on intègre cette donnée comme si elle était vérité intangible, définitive, sans pouvoir la surpasser, on assimile tout ce qui  est négatif dans son environnement, on finit par se convaincre qu'il n'y a pas d'issue et on organise sa vie sans imaginer une seconde qu'elle peut être embrassée d'un autre point de vue.
 
Je suis né au Cameroun. Je suis arrivé ici il y a douze ans. J'ai observé. J'ai essayé de comprendre mon nouveau biotope. Et très vite, sûr de vouloir réaliser mes rêves, je me suis donné les moyens de les mettre en œuvre. Et c'est arrivé... À l'inverse, j'aurais pu me dire que tout était compliqué, que cette société n'était pas faite pour moi et alors, bien sûr, j'aurais eu toutes les raisons de voir les choses de façon négative et d'inventer moi-même, de façon méthodique, un horizon bouché, sans perspective. La vérité, c'est qu'il faut éviter ces pièges-là...
 
 
Parlez-nous de votre cheminement artistique. La musique d'abord…
 
Tout est lié à ce que je viens de vous expliquer. Très vite, j'ai essayé de faire un état des lieux, de comprendre la « cartographie ». Où suis-je en ma qualité de musicien ? Où veux-je aller ? Comment identifier les acteurs du milieu dans lequel j'évolue ? Les problèmes ? Les atouts ? Comment trouver le bon moyen pour dépasser les barrages ? En général, les chanteurs chantent et les musiciens jouent, laissant à leur environnement le soin de s'occuper de tout. Moi, j'ai souhaité procéder différemment et prendre tout en compte pour être sûr du chemin. Je me suis toujours considéré comme un entrepreneur. C'est, ni plus ni moins, ce que j'essaie de transmettre aux personnes que je rencontre dans les différents ateliers: prendre son destin en main.
 
 

"Moi, avec le bassa, je vais partout dans le monde."

 
 
Vous chantez en bassa, votre langue maternelle. Pourquoi ce choix ?
 
Le bassa est l'une des 260 langues du Cameroun. Elle disparaît peu à peu. Or, elle constitue une partie de mon identité. Elle est liée à tout ce que je suis. Le chanteur français le plus connu qui chante en français ne va pas faire la même carrière en Allemagne, en Italie ou ailleurs. Il chante en France. Point. Moi, avec le bassa, je vais partout dans le monde.
 
 
C'est la revanche de la langue minoritaire...
 
Exactement ! La langue minoritaire devient soudain une opportunité. Au-delà de cet aspect, j'ai tâché d'en faire un point d'appui, un point d'accroche pour établir une relation avec autrui. Ce qui compte, c'est la sensibilité, l'émotion. La vibration. L'authenticité. Et ça marche.
 
 
Et l'écriture ?
 
L'écriture de mon roman (2) est la suite logique de l'écriture de mes chansons. J'écris depuis quinze ans. Des bouts de choses. Des textes plus longs. J'aime observer. Tout est inspirant.
 
 
« Chaque lieu est un livre » écrit le poète Andrea Zanzotto...
 
C'est exactement ce que je ressens. Nous vivons happés par les problèmes et, à force, nous oublions qu'en regardant bien autour de nous, les raisons de nous élever et de comprendre existent. Que chaque lieu est un livre, oui, et même que chaque geste, chaque détail d'un lieu est lui-même un livre.
 
 
Quelle est la chose la plus forte que vous avez entendue dans le cadre du projet SINGÜ ?
 
Un jour, c'était à Dax, un jeune m'a dit qu'il appartenait à son quartier et qu'il ne se voyait pas vivre ailleurs. « Ce quartier, c'est ma mère », m'a-t-il dit. Cela m'a permis d'enchaîner : « Si ce quartier est ta maman et si tu veux que les choses changent dans le bon sens pour lui, donc pour elle, toi seul peut faire en sorte d'être l'artisan de ce changement pour le meilleur. À toi donc de jouer ».
 
  1. Créée en 1984 dans le but de promouvoir les cultures et musiques du monde et le jazz, l’association Musiques de Nuit Diffusion a pris ses quartiers musicaux au Rocher de Palmer en 2010, dont elle assure la direction artistique. Son champ d’action a depuis considérablement évolué : se démarquant du strict champ de la diffusion, les actions s'orientent depuis le début des années 90 vers un travail de proximité autour de la sensibilisation aux pratiques artistiques. 
  2. Le Moabi Cinéma, Gallimard, collection Continent Noir, 2016 (Grand Prix d'Afrique noire de l'ADELF 2017).
 
 
Après deux premiers albums avec son groupe Macase, qui lui ont valu de nombreuses distinctions internationales, Blick Bassy est par ailleurs l'auteur de trois albums solo dont le dernier, Akö. Il prépare actuellement l'enregistrement d'un quatrième opus.

 
Son site: blickbassy.com

 
 
 

Tout afficher

  • Tout sur SINGÜ (2017-2019)
    Depuis 2004, l’association Musiques de Nuit Diffusion met en place des projets triennaux mêlant des actions culturelles et sociales, avec un fort ancrage territorial. C’est ainsi l’occasion de tisser des liens entre les différents acteurs du territoire de Nouvelle-Aquitaine en proposant des projets au contenu artistique et pédagogique fort, portant une véritable valeur ajoutée à la seule performance artistique.
     
    En 2017, la première année du projet SINGÜ a été, pour Musiques de Nuit, l’occasion de se saisir pleinement du sujet de l’entrepreneuriat culturel. Sous la direction artistique du musicien et écrivain camerounais Blick Bassy, récemment installé dans la région bordelaise, le projet SINGÜ a ainsi pour but d’encourager et développer l’envie et l’esprit d’entreprendre chez les jeunes, et notamment dans les domaines créatifs et artistiques. Avec sa triple casquette d’artiste musicien, auteur et entrepreneur culturel, Blick Bassy met aujourd’hui la richesse de ses expériences personnelles et professionnelles au profit des jeunes des quartiers de plusieurs villes de la  région Nouvelle-Aquitaine pour les aider à se concentrer sur leur projet individuel.
     
    Après une première année 2017 riche en partage et en rencontres, Musiques de Nuit et Blick Bassy renouvellent l’expérience SINGÜ avec leurs partenaires socio-culturels et les collectivités de Dax, Mont-de-Marsan et Bergerac. Cette année, ils visent à élargir encore le périmètre de leurs actions en associant Pau, Angoulême, ainsi que la région bordelaise.
     
    Ce projet s'inscrit dans le cadre d’une politique publique: la Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine, le Règlement d'intervention du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine, la Déclaration de l'Unesco sur l'expression et la promotion de la diversité culturelle, la Déclaration de Fribourg sur les droits culturels.
     
    Il concerne principalement des personnes résidant dans des quartiers prioritaires et porteuses de projets culturels, mais s’ouvre cette année également sur d’autres types de publics. La mixité des publics et le caractère innovant de la démarche renforcent la cohésion sociale et l'attractivité des territoires de la géographie prioritaire de la politique de la ville. En associant exigence artistique, volonté de former et encourager l’entrepreneuriat, notamment de jeunes de quartiers prioritaires, et participation du plus grand nombre, SINGÜ se positionne comme un projet multiforme portant des valeurs fortes et inclusives.
     
    Finalement, entre 400 et 600 personnes devraient bénéficier de ce projet.