En vue 2017

08 11 2017

100 % littéraire : Radio Ritournelles

Propos recueillis par Romuald Giulivo


100 % littéraire : Radio Ritournelles

Photo : DR

Le festival Ritournelles, qui se déroule du 8 au 11 novembre entre Bordeaux et Libourne, fête en 2017 ses 18 bougies. 18 ans d’une défense sans faille en faveur d’une littérature active, vivante et exigeante, une littérature sans cesse en mouvement, à la rencontre des publics et en dialogue constant avec les autres arts ou avec elle-même. À l’âge de la majorité, le festival se dote d’un nouvel outil, une webradio « 100 % littéraire » afin de continuer à créer, défricher et inoculer plus avant le virus d’une langue qui s’invente. Rencontre avec Marie-Laure Picot, directrice de l’association Permanences de la littérature et programmatrice du festival Ritournelles, pour évoquer cette édition aux propositions artistiques denses et prometteuses.


 
Après dix-huit années d’existence, de créations, d’expérimentations, quels sont les fondamentaux qui guident toujours la programmation du festival?

L’objectif premier reste et demeure de créer du lien entre le public et une certaine forme de littérature non conventionnelle, une littérature que l’on peut qualifier entre guillemets de littérature de recherche. Beaucoup de livres se publient chaque année, mais la grande majorité d’entre eux ne font que raconter des histoires sans s’interroger ou réinventer leur langue. Depuis sa création, Ritournelles s’intéresse justement aux auteurs qui créent a contrario leurs voix, renouvellent leurs langues et s’interrogent sur comment on peut écrire aujourd’hui.
 
Photo : Frédéric Desmesure

Depuis plusieurs éditions, vous avez fortement développé les actions envers les publics jeunes, à travers des actions dédiées, notamment en milieu scolaire. Comment est né cet axe de travail?

Cela s’est en fait imposé de soi-même. Au départ de l’aventure Ritournelles, je n’avais pas forcément l’intention de travailler avec un public scolaire, je ne l’ai d’ailleurs pas fait pendant des années. Et puis au bout d’un moment, cela m’est apparu comme une nécessité. Le lectorat de cette littérature que nous défendons est somme toute vieillissant. Il m’a alors semblé important d’aller vers les jeunes, pour les familiariser avec ces voix différentes, dans l’idée évidemment d’en faire de futurs lecteurs de ces textes. Et cela fonctionne très bien. Contrairement à ce que certains pensent, cette littérature — notamment la poésie — parle énormément aux nouvelles générations. Elles y trouvent facilement quelque chose à prendre pour réagir, réfléchir.
 

"Il m’a alors semblé important d’aller vers les jeunes."

 

Pourquoi votre festival accorde-t-il depuis sa création une part importante à des lectures à voix haute?

Lorsqu’un auteur lit, on perçoit sa voix intérieure. On saisit mieux sa musicalité, sa respiration, sa manière de porter le langage. Écouter un auteur lire ses propres écrits décuple la portée des textes ou, parfois, peut nous amener à percevoir son travail d’une façon complètement différente.

Je trouve très bien que, depuis plusieurs années, nombre de manifestations s’emparent de ce sujet en multipliant les initiatives de lecture, de croisement avec la musique ou le dessin. Cela a toujours été une préoccupation importante pour Ritournelles et nous étions un peu seuls au départ à porter de tels projets. Après, il me semble quand même que beaucoup de manifestations sont en train de perdre leur identité dans cette surenchère événementielle, et cela m’a interrogé. C’est pourquoi, après avoir produit beaucoup de spectacles transversaux, j’ai eu envie pour cette édition de me recentrer sur les fondamentaux de notre festival que nous évoquions tout à l’heure, à savoir défendre la voix de l’écrivain. Et c’est cette envie qui a donné naissance à notre webradio, Radio Ritournelles.
 

"Une nouvelle façon de diffuser la littérature que l’on aime."


 
Comment va fonctionner cette webradio?

C’est à nouveau très expérimental et vient du désir d’inventer une nouvelle façon de diffuser la littérature que l’on aime. Cette plateforme comportera plusieurs rubriques qui s’étofferont au fil du temps : des lectures d’écrivains, des témoignages, des restitutions de parcours éducatifs, et beaucoup de créations. Pour le lancement de Radio Ritournelles, nous nous sommes associés à MollatVox — la webradio de la librairie Mollat —, qui nous héberge pendant tout le temps du festival et diffusera en quasi continuité et en live les événements de Ritournelles. Il y aura aussi beaucoup de sons que nous avons enregistrés en amont pour alimenter la grille, et également des programmes qui nous ont été confiés par des partenaires, comme par exemple la lecture en feuilleton par le comédien Dominique Pinon des Dimanches de Jean Dézert, de Jean de la Ville de Mirmont.

Après le festival, tous les enregistrements dont nous sommes producteurs resteront disponibles en podcast sur notre webradio, et seront peu à peu enrichis par d’autres contenus, des archives ou des créations. Nous avons notamment préparé des lectures de poètes modernes par des enfants et des jeunes. C’est encore une autre manière pour nous de les toucher, en les impliquant, en les rendant d’une certaine façon acteurs de cette littérature vivante qui compte tellement pour nous.
 
 

Tout afficher